Les petits anges partis trop tôt

Posted on Posted in Articles, Dossiers

Les petits anges partis trop tôt

Qu'est-ce que l'on peut regretter les feus Velvet Veins, un groupe éminemment Rock'n'Roll composé de quatre jeunes hommes de talent: Théo Lawrence (chant/guitare) Félix Béguin (guitare) Olivier Viscat (basse) et Jérémy Norris (batterie). Formé en janvier 2012 entre les murs du majestueux studio Melodium (qui a accueilli Sebastien Tellier, Tame Impala, Michel Gondry et bien d'autre), les Veins apportaient un vent de fraîcheur sur la scène rock parisienne, une subtile brise dont les mélomanes inlassablement braqués vers les années 70 avaient bien besoin.

Malgré leurs nom « Velvet Veins » qui peut tout de suite nous faire penser au « Velvet Underground » de Lou Reed et John Cale, ou encore à une astucieuse référence à la cassonade de Brown Sugar (cf: notre petit article sur le sujet). Au final, il n'en n'est rien, il sonne tout simplement bien, quoi de mieux qu'un nom qui claque après tout. A défaut de s'inspirer des petits protégés d'Andy Warhol, les Veins nous élaborent un orgasmique entremêlement de Blues, de Soul et de Rock sudiste agrémenté d'une légère touche de Folk et de Country. Ecouter les Velvet Veins c'est partir en pèlerinage le long du Delta du Mississipi jusqu'aux déserts arides de l'Arizona sur les routes de l'Americana. . « Ces territoires alimentent notre musique et nos textes. C'est plus de l'ordre de l'imaginaire que du concret » explique Théo, chanteur/guitariste du groupe. De Led Zeppelin aux Black Keys, de Robert Johnson à Jack White, l'objectif du groupe est clair: puiser dans la grande histoire de la musique pour façonner et faire danser le présent. Avec un son épuré, des mélodies claires et efficaces, des riffs bien lourds, une voix incroyable au timbre unique et mélancolique, une section rythmique claquante qui marque le temps à la perfection, le tout saupoudré d'arrangements subtiles, les Velvets Veins nous démontrent qu'ils sont bien loin de la surenchère, que ce soit en terme de composition ou en terme d'effets. Félix le guitariste l'explique lui même assez ironiquement: « j’ai pas envie de me faire chier à tripoter des pédales en concert ». Au final, les Velvet Veins c'est la recherche de l'efficacité la plus authentique possible, qui se traduira parfois par une douce mélodie qui viendra caresser nos tympans, ou par de la lourdeur pure pigmenté de puissants breaks de batterie.

Cultivant une image seventies, chemise à fleurs, cheveux longs, paire de bottes, et surtout une classe de gentlemen, le groupe offrait une prestation live assez remarquable. Entre les coups de pieds sautés du chanteur en plein morceau, les hochements de tête du bassiste statique (mais avec une grande classe, s'il vous plaît), le guitariste se déplaçant frénétiquement sur toute la scène et rentrant en transe à chaque partie solo, et la hargne du batteur détruisant ses baguettes à chaque break, leurs énergie bouillante était au rendez-vous à chaque concerts. Ils ont d'ailleurs rodé de nombreuses salles de la capitale tel que le Trabendo où ils ont ouvert pour Jonathan Wilson en 2013 (le groupe étant encore à leur début à cette époque), le Bus Palladium, le Gibus, la Maroquinerie (avec -ce qui est tout de même assez incroyable- Reignwolf en première partie). Rependant leurs Rock'nRoll telle une traînée de poudre, ils acquirent une certaine notoriété qui leur permit finalement d'accéder à la scène Ile-de-France de Rock en Seine en août 2014.

Ils finissent par sortir leur seul et unique EP: « Bound to Pretend » durant l'été 2014, enregistré par Scott Bricklin au studio Mélodium, notamment grâce à Félix qui y travaille en tant qu'ingénieur du son. Avec ce retour dans le lieu originel de la création du groupe, ils enregistrèrent 5 titres en 4 jours en utilisant une myriade de matériels vintages en tout genre, afin de trouver pour cet EP la couleur de son parfaite qui reflète à la fois leurs amours des seventies tout en s'ancrant dans le présent. Ayant tout de même une petite préférence pour un style d'enregistrement « à l'ancienne », Théo et Oliver expliquent : « On a dû utiliser le logiciel Pro Tools, mais on a essayé de s'en servir comme si c'était de la bande, avec un maximum de prises live, pour garder la musique vivante, chaude et sensuelle ». Cet EP immortalisant seulement 5 titres parmi tout les créations originales des Velvet Veins, il nous réserve tout de même quelques surprises en s'éloignant partiellement de leurs style Delta-Blues Rock avec notamment « Sweet Heat » aux accents carrément funk, reflétant la maîtrise du groupe dans bien d'autre registres musicaux (Jeremy par exemple, étant aussi un grand adulateur du groove/funk). Malheureusement, une bonne partie des compositions étant perdu à tout jamais dans les méandres de l'histoire (il existe au passage, une version des Velvet Veins de « In the Mood for Food » enregistrée dans notre cher studio qui est un petit régal pour les oreilles), seuls quelques chanceux ayant eu l'occasion de les entendre en live les garderont à jamais au chaud dans leurs petits cœurs.

Nous en venons donc au moment fatidique, ce moment où tout bascula, ce moment où la terre s'arrêta. En septembre 2014 (juste après avoir sorti leurs EP et joué à Rock en Seine), suite à un divergence au sujet du style musical, les grands Velvet Veins finissent par se séparer, mettant un terme à cette formidable épopée, les larmes coulèrent à flot sur nos petites joues : ce fut la fin. Peut être se reformeront-ils un jour ? Qui sait ? L'espoir fait vivre après tout.

Pour la suite des événements, Théo et Olivier formèrent un nouveau groupe appelé : « Théo Lawrence and the Hearts », bien plus ancré dans les racines Blues et Soul. Quant à Félix et Jeremy ils rejoignirent la formation « The Burnin Jacks », un groupe fortement Rock'n'Roll aux influences de Grande Bretagne.

Triste histoire que celle des Velvets Veins, un groupe au potentiel énorme que l'on aurait bien aimé voir se développer.

Mais bon, tout n'est pas perdu … si ?

Un petit bonus rien que pour vous :

Mylan Sovanh

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *